mercredi 25 janvier 2017

New Victoria - Lia HABEL - Editions BRAGELONNE



Synopsis :

New Victoria : une civilisation high tech obeissant aux codes et aux modes de l’ère victorienne, dont les frontieres sont menacées par des rebelles curieusement difficiles à tuer. Bien loin des combats armés, Nora, jeune aristocrate en crinoline, à un destin tout tracé : épouser un membre de la haute société et collectionner les robes de bal. Faire honneur à la mémoire de son pére, l’éminent docteur Dearly. Rien, dans sa délicate éducation victorienne, ne l’a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d’une faction rebelle.
Et pourtant elle devra surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants…… comme les morts.

Mon avis :

Rien que le fait de me retrouver dans une époque victorienne/steampunk m’a fait adoré ce roman.
J’avoue que le tome 1 m’a totalement embarqué et que je n’arrive plus à le poser. En revanche, le tome 2 m’a paru plus long, plus fastidieux et, donc, j’ai moins apprécié ma lecture.
On y découvre une héroïne courageuse et qui va au bout de ses convictions (même si, de par son éducation aristocratique, elle a parfois un côté peste).
Face à elle, sa meilleure amie m’a, à la fois, ébahi et énervé. Elle peut parfois vraiment preuve d’une bravoure immense et tout à coup, se montrer énervante, égocentrique. Je l’ai donc, à la fois, hait et aimé.
Concernant les personnages secondaires, celui de Michael est tout bonnement affreux et l’archétype du prétentieux. Même si il se dévoile un peu, par moment, cela n’a pas racheté, à mes yeux, son comportement. Pour Vesperine, elle reste à un personnage que je n’arrive pas à juger, à la fois prétentieuse et ayant de belles valeurs.
Même si l’intrigue principale ne se situe pas là, j’ai trouvé l’histoire d’amour ( car il y en a une), un peu trop poussé et un peu trop conventionnelle , par rapport à la nature des personnages.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé ce roman qui m’a emporté vers une époque que j’aime beaucoup. Le seul bémol se situe à la fin. Dans les derniers chapitres, certaines choses nous amènent à penser qu’il devrait y avoir une suite, plusieurs choses restent en suspens.  

jeudi 19 janvier 2017

Notes pour un monde meilleur - Agnés MAROT - Editions du Chat noir




Synopsis :

Isaac est physicien, Azra auteur. Ils ont toujours formé un front uni contre l’adversité, mais une terrible nouvelle s’abat sur leur couple et brise leur rêve d’un avenir heureux. Isaac est persuadé de résoudre le problème avec sa création ; Azra, en pleine fuite de la réalité, se cache derrière ses mots. Inévitablement, leurs chemins se séparent peu à peu.
Jusqu’au jour où Isaac comprend que leur tragédie n’est que le reflet de celle qui déchire la société entière, partagée entre artistes et scientifiques, depuis la découverte des deux énergies à la puissance incroyable.
Fermement décidé à sauver tous ceux qui ont encore une chance, il place tous ses espoirs dans le chantier d’un nouveau monde : une institution où une poignée d’hommes et de femmes pourront, main dans la main, apprivoiser et maitriser ces énergies avant de revenir vers les autres pour transmettre leur enseignement.
Voilà l’immense projet d’un homme qui consigne ses notes pour un monde meilleur, pour les générations à venir. Pour sa descendance, qu’il n’aura peut-être jamais ……


Mon avis :

Ce roman est la préquelle de «  De l’autre côté du mur »
Je l’ai lu en 48h, tellement j’ai été happé par ce livre.
Il raconte les prémices d’une nouvelle ère de l’humanité.
Il a un petit « gros » coté dystopique sur ce que pourrait devenir notre monde. Car après cette lecture, on se demande, en effet, si cela ne pourrait pas réellement arriver, serions-nous capable d’aller jusque-là.
Toutes les thématiques sont présentes : l’amour, l’amitié, la trahison, la solidarité, la douleur, la mort. Rien n’est épargné aux différents personnages.
Finalement, face à tous ces événements, on pourrait dire que la morale est de ne jamais se détourner de son ou ses objectifs, même si cela nous amène à nous battre envers et contre tous.

L’abnégation et la résilience du personnage principal sont sans limites, il fera tout pour l’avenir de sa descendance (si il y a descendance). Il souhaite par-dessus tout, léguer un monde «  humain » aux générations à venir et je trouve cela vraiment très beau.

jeudi 5 janvier 2017

L'Ouroboros d'Argent - Ophélie BRUNEAU - Editions du Chat Noir


Synopsis : 

Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd'hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage.
Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Aujourd'hui, secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l'objet responsable d'une vieille malédiction.
À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n'hésitera pas à détruire la vie d'Axel s'il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l'aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l'Ouroboros d'argent.
L'artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ?


Mon avis :

Ce livre était dans ma PAL depuis un certain temps puisque que je l’avais acheté au Salon Fantastique en 2014 ( je crois). Et voila, je ne l’ai lu qu’en ce début d’année 2017.

Il a été pour moi un vrai coup de cœur.

J’ai rarement des flops mais les romans, qui me happent totalement, sont également rares.

Les personnes sont tous intéressants ( que ce soit les plus extravertis que les plus timides). Certains mériteraient même des spin-offs rien que pour eux.

Les notions de solidarité et d’honneur familial sont également très présentes et donnent un sens à toute l’histoire.

En revanche, quelques événements étaient prévisibles, comme quand on découvre la nature d’AXEL et que, du coup, celle de son coloc saute aux yeux.

Je regrette également la fin un peu rapide. On est au cœur de péripéties plus folles, les unes que les autres, et tout à coup, HAPPY END. Je pense que la fin aurait mériter d’être un peu «  plus progressive » et non en quelques pages.
Sinon, je le répète, ce roman a été un coup de cœur et me donne même envie de me pencher sur les autres œuvres de cette auteur ( haute en couleurs et en chapeaux – ceux qui l’ont déjà vu en salon, savent de quoi je parle).